Revue de presse du Groupe CIF

Les représentants du CIF, du Conseil général et Myriam Bigeard, adjointe, devant la maison rénovée de Mme Bichon, à l'entrée du bourg.

©Ouest-France - Les représentants du CIF, du Conseil général et Myriam Bigeard, adjointe, devant la maison rénovée de Mme Bichon, à l'entrée du bourg.

03 avril 2012   - (Ouest-France) - Edition : Nantes vignobles - Rubriques : Bouguenais



Amélioration concertée d'une maison : une mission sociale réussie



Le CIF (Crédit immobilier familial) de Nantes, le Conseil général et le Centre de l'habitat organisaient une visite de rénovation d'une maison située rue de la Commune à Bouguenais, en présence de Myriam Bigeard, adjointe aux solidarités et des représentants de Nantes Métropole.

C'est le troisième chantier de réhabilitation mené sur la commune depuis 2008 : le premier à la Ville-au-Denis, le second dans le quartier des Rouleaux aux Couëts, ce dernier dans le bourg et un prochain rue des Forges, près de la Poste.

«L'objectif de ces opérations est de répondre aux situations d'urgence sociale, d'insalubrité, de sécurité locative et même de respect de la personne, vivant dans des conditions sanitaires insupportables. Parfois âgées, dans des contextes de dépendance, à l'alcool notamment, ou de maladies, elles ne rendent pas compte de l'état dégradé du logement et sont inaptes à engager par elles-mêmes des démarches pour obtenir des aides, des crédits et assumer un suivi de chantier», explique Vincent Bricaud du Pôle Habitat solidaire.

Le CIF par la convention des «missions sociales» signée en 2010 est un partenaire privilégié, pour apporter le financement par un prêt sans intérêt et un suivi administratif et technique.

Sur l'année en cours, une enveloppe de 200 000 € est dédiée à cette action et cette réhabilitation d'un montant global de 57 671 € a bénéficié d'un prêt CIF de 24 000 €, de 24 842 € de subventions ANAH (Agence nationale de l'habitat du parc privé), de 8 000 € du Conseil énéral.

La rénovation de la maison de Jeannine Bichon a principalement porté sur l'isolation des murs, le remplacement des menuiseries, l'installation d'un chauffe-eau et la pose de panneaux rayonnants, plus un aménagement judicieux du rez-de-chaussée et des sanitaires pour une accessibilité meilleure en cas de handicap.

« Ce sont les services sociaux qui en amont ont repéré les difficultés de cette personne âgée de 66 ans, à la suite d'une hospitalisation et d'un retour à domicile avec un suivi, souligne l'adjointe. Nos services ont repris contact avec la famille pour un relogement provisoire et ont mis en place cette procédure d'urgence sanitaire en 2009. Si les avantages propres à l'amélioration de l'habitat sont importants, ceux sur le plan personnel et familial dépassent nos objectifs premiers : les liens familiaux et la prise en charge existent ; le maintien à domicile est possible. »
Partager ce lien